Le bio est devenu incontournable auprès de nombreux foyers. Notez dorénavant que différents labels peuvent être proposés sur les produits sur le marché. Il vaut alors vous informez sur ces points avant de vous orienter vers l’achat d’aliments bios. Vous pouvez parfaitement tomber sur les différents labels suivants sur le marché.

Label AB

Le label AB représente normalement la qualité française quand il s’agit de produits bios. Ce label est la preuve que les produits que vous consommez sont sans OGM. À noter que les aliments doivent passer par une série de tests avant d’être lancés sur le marché. L’organisme qui fait le contrôle doit avoir l’agrégation de l’État pour délivrer la certification. Notez en outre que ce label ne concerne que les produits fabriqués en France. Vous devez aussi savoir que la majorité des nouveaux produits ne répondent plus à cette norme. Vous pouvez alors le voir uniquement sur les anciennes productions.

Label Bio Cohérence

Lancé en 2010, le label Bio Cohérence est né d’une initiative des producteurs désireux d’avoir plus de contrôle sur leurs activités. Cette norme insiste alors sur la non-coexistence entre le non-bio et le bio. De plus, 50 % des aliments à donner aux animaux doivent provenir de la ferme. Ce taux est de 80 % pour les herbivores. Il faut aussi respecter la prohibition totale de l’OMG. Ainsi, les produits transformés doivent être 100 % bio. Il faut admettre que ce label est très strict concernant les productions bios. Les acteurs dans le domaine ne doivent rien laisser au hasard pendant la réalisation de leur travail.

Label Demeter

Ce label bio se focalise principalement sur le bien-être animal, mais aussi le cycle de l’environnement. Les éleveurs ne doivent en aucun cas couper le bec des volailles pour obtenir ce certificat. Il faut aussi éviter de couper la queue ainsi que les dents des animaux. Il ne faut pas non plus faire de l’écornage comme pour les vaches ou les chèvres. Le label Demeter donne en même temps plus de liberté aux animaux qui ne doivent pas se faire attacher de manière permanente. Ils doivent même passer obligatoirement au pré. Concernant l’agriculture, il est important de favoriser la biodiversité des sols.

Label Eco-Cert

Développer par Éco Cert, ce label a été mis en place pour certifier les produits issus de l’agriculture biologique. Les produits provenant du commerce équitable traditionnel peuvent aussi obtenir ce certificat. Autrement dit, 15 à 30 % du prix TTC des produits doivent revenir dans la poche de chaque petit producteur qui les réalise. Il faudra aussi instaurer des conditions de travail équitables pour tout le monde. Cela implique une rémunération juste ainsi que le respect des travailleurs. D’autres conditions sont aussi à respecter. Il faudra en outre limiter l’utilisation de l’emballage pour les produits vendus. Ce label insiste sur l’agriculture bio tout en limitant l’impact écologique des productions.

Label Eurofeuille

Voici le label officiel mis en place par l’Union européenne. Celui-ci autorise les petites traces de contamination d’OGM d’un taux de 0,9 %. Cette norme exige en outre l’absence de pesticides chimiques dans les récoltes, mais aussi pour l’alimentation des animaux. À cela s’ajoute la mise en place d’une limite pour les traitements vétérinaires. Cela est aussi valable pour les antibiotiques qui sont souvent utilisés par les éleveurs amateurs. L’Eurofeuille insiste en même temps sur l’accès en plein air des animaux de ferme. Il faut noter que ce label est disponible à travers tous les pays membres de l’Union européenne.

Label nature & Progrès

Créer en 1964, ce label insiste sur la fabrication de produits 100 % bio. Cela implique évidemment l’absence totale des traces d’OGM. Il faut aussi faire attention à l’emplacement de la ferme pour espérer obtenir ce label. En effet, le respect de l’éloignement des parcelles d’agriculture ne doit pas être négligé. Votre ferme doit par exemple se trouver à une longue distance d’une autoroute. Il faudra aussi respecter la limitation de la taille des élevages tout comme sa densité. Les produits transformés ne doivent pas montrer la moindre trace d’huile de palme. Des contrôles annuels seront faits auprès des éleveurs et des cultivateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.