Les engrais chimiques ne vous conviennent plus et vous souhaitez l’échanger contre de l’engrais naturel ? La solution la plus efficace c’est de le fabriquer vous-même. L’utilisation du compost est plus que bénéfique pour l’environnement. Elle permet de réduire le taux de déchets ménagers et diminue considérablement l’utilisation des produits chimiques en jardinage. Pour l’appliquer, il faut connaître les différentes techniques de compostage pour avoir un bon résultat au bout de quelques mois.

Connaître le compostage avant de le fabriquer

Le compost est un ensemble de matières animales et végétales qui sont décomposées ensemble dans un endroit sombre et humide. Cette décomposition est due au manque de soleil qui favorise la naissance des champignons et moisissures dans les produits. Alors, la formation d’un compost est un phénomène tout à fait naturel. Suite à ce processus biologique, ces déchets organiques deviennent de l’engrais naturel. De couleur noire avec une odeur de bois selon ses composants, le compost se produit après 6 mois de décomposition.

Le compost est souvent utilisé pour fertiliser le sol du jardin et pour avoir un bon rendement agricole. Il sert également d’engrais pour les plantes intérieures. Le recyclage des ordures ménagères est un acte écologique qui aide à protéger l’environnement.

En choisissant les bons composants

Le processus de compostage consiste à superposer des couches de déchets alimentaires de manière équilibrée. Vous pouvez aussi choisir des résidus naturels biodégradables pour les transformer en compost. Les déchets ménagers sont les plus utilisés pour faire du compostage en milieu urbain. Il est à noter que 30 % des ordures ménagères peuvent être transformées en compost. C’est une façon de réduire les déchets à envoyer à la déchetterie et d’entretenir vos cultures de manière naturelle.

Lire aussi :   Les enjeux du recyclage pour l'environnement

Il existe 3 types de déchets que vous pouvez traiter pour obtenir du compost :

  • Déchets de la cuisine : épluchures de fruits et légumes, les croûtes de fromage, les coquilles d’œufs et le marc de café ou sachet de thé.
  • Déchets de la maison : les mouchoirs et essuie-tout, les cartons non imprimés ou les litières d’animaux.
  • Déchets du jardin : les feuilles mortes, les écorces d’arbres, les pailles ou les tontes de gazon.

Pour réussir un bon compost, il faut bien recycler les déchets et surtout éviter les matières qui peuvent altérer le contenu de votre compostage. Ainsi il faut éviter les restes de viande (poisson, os, graisse animale). L’ail et l’échalote sont également à éviter pour composer votre compost parce qu’ils sont vermifuges.

Respecter les règles de base de compostage

Il est très facile de fabriquer du compost chez soi. Il suffit de suivre les règles de base pour réussir. D’abord, il faut respecter la dose de chaque composant dont deux tiers de la matière humide et le reste de la matière sèchent. Il ne faut pas négliger l’équilibre entre l’azote et le carbone dans le compost. Ensuite, l’intérieur de votre composteur doit avoir une quantité suffisante d’humidité. Il ne faut pas non plus que l’ensemble ne soit pas trop humide pour éviter les risques de pourriture.

Il est obligatoire d’aérer votre mélange. Rassurez-vous que le composteur que vous avez choisi est capable d’apporter de l’oxygène aux êtres vivants qui travaillent à l’intérieur (verre de terre, insectes, bactéries et champignons). Pour donner une aération équilibrée à votre compost, il faut le retourner de temps en temps.

Lire aussi :   Le DIY pour des objets domestiques écologiques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *