Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 21 juillet 2015

Quelle est la place du naturel dans l’alimentation d’aujourd’hui ?

bio,produits naturels,alimentation,ocha,exposition universelle

Par ma blogueuse invitée, Isabelle Guitton Bernet, avocate en droit de l'environnement.

---

A l’occasion de l’exposition universelle, l’OCHA (l’Observatoire CNIEL des Habitudes Alimentaires) a organisé à Milan une conférence sur le thème « Se nourrir demain ; Critique d’une uniformisation annoncée ».

 

La modernité alimentaire vue sous l’angle de la mondialisation et de la circulation de produits globalisés fait peur. Elle est brandie comme une menace, celle de la perte de nos particularités culturelles, celle de la désocialisation, de la déstructuration des repas, avec pour conséquence la progression du grignotage, de la junk food, etc. Ainsi, selon l’INSEE, les français passent de moins en moins de temps derrière les fourneaux. En 14 ans, le temps de préparation des repas a baissé de 18 minutes (soit 53 mn/jour).

 

Dans l’assiette, la proportion de plats préparés est de plus en plus élevée par rapport aux produits frais, sans compter les livraisons de repas directement à domicile.

 

Le naturel dans notre alimentation néanmoins en pleine progression

 

Le développement des Labels AB, Demeter, Ecovert, etc. en est une illustration. Le marché du BIO est structurellement en augmentation. De 2007 à 2012, le marché a doublé. Il a progressé de près de 20 % entre 2012 et 2014.

bio,produits naturels,alimentation,ocha,exposition universelle

Cliquez sur l'image pour afficher en grand (source : Agence BIO / ANDI)

 

Une méfiance des mangeurs face à l’industrialisation de l’alimentation

 

Selon Olivier Lepiller, Docteur en Sociologie à l’Université de Toulouse II-Le Mirail et auteur d’une thèse sur les critiques de l’alimentation industrielle et des valorisations du naturel, la progression du naturel est liée à un problème de confiance entre mangeurs et industriels.

 

Cette méfiance des consommateurs a connu un essor marquant lors de la crise de la vache folle. Cette crise a relancé la critique de l’industrialisation de l'alimentation. Depuis, la thématique est alimentée par des scandales, des inquiétudes sérieuses et des considérations éthiques et environnementales : plats préparés pur bœuf contenant du cheval en 2013, étude révélant la toxicité des OGM en 2012, additifs et colo­rants, perturbateurs endocriniens, nanoparticules, huile de palme, injustices envers les petits paysans du Sud et du Nord, déforestation, mauvais traitement des animaux, etc.

 

La nature au secours des mangeurs

 

Olivier Lepiller constate un « travail de naturalisation ». La nature est convoquée comme une instance morale sanctionnant les actions humaines. Ce travail de naturalisation serait de deux ordres:

  • explicite : les aliments sont qualifiés de naturels et investis d’une valeur et
  • implicite : les arguments avancés relient l’aliment à la nature (ex. un aliment issu d’une production non polluante ou un aliment dénué d’éléments arti­ficiels sera considéré comme «naturel»).

 

Pour Olivier Lepiller, la naturalité témoigne d’une recherche d’accord et de confiance dans l’identi­fication des produits alimentaires. On constate néanmoins des tendances inverses qui peuvent surprendre. C’est notamment le cas de la viande in vitro.

 

La viande in vitro : une réaction à la naturalité ?

 

Fabriqué à partir de cellules souches de muscle de bœuf, le professeur  Mark Post, de l'université de Maastricht (Pays-Bas) a présenté son "Frankensteak" en 2013 : "Ce n'est pas un substitut. C'est de la viande comme on la connaît, elle a juste été produite en dehors d'une vache".

 

"Nous prenons juste les cellules souches, nous les mettons dans un gel qu'on répartit autour d'un tube. Et en trois semaines, elles se contractent tout autour pour former des fibres musculaires. Ensuite on les récolte pour faire un hamburger" (ndlr: bon appétit).

 

La progression du marché des produits biologiques nous le montre. La tendance actuelle va vers plus de naturel. Les français ont pris conscience que ce qu’ils mangeaient pouvait avoir des impacts sur leur santé. Les initiateurs du projet de la viande in vitro ont-ils une vision futuriste à très long terme compte tenu du changement climatique et de l’épuisement des ressources ? L’artificiel sera la tendance du futur car produit en laboratoire dans un environnement propre, alors que les produits naturels le seront dans un milieu pollué et appauvri ?

 

Arrêtons de nous faire peur, ce mini steak a couté environ 250 000 euros. Les développements seront longs. Et l’acceptation du consommateur pour ce type de produit est loin d’être acquise !

 

Aller plus loin: www.lemangeur-ocha.com

dimanche, 05 avril 2015

Les magazines jeunesse du groupe Bayard à l'heure de la planète

bayard presse,magazine,éducation,enfant,lecture,planète,écologie

Avril sera le mois de l'écologie pour les enfants. Ainsi en a décidé le groupe Bayard où la protection de la planète sera le thème central de ses dix-huit magazines jeunesse (Youpi, Wapiti, Okapi, Images Doc…). C'est la 7ème année que le groupe initie ce focus éditorial "J'aime ma planète" - mais l'ampleur cette année est inédite, visant à sensibiliser cinq millions de jeunes lecteurs aux grands enjeux de l'énergie en préparation de la conférence climat qui aura lieu à Paris en décembre (COP21).

 

Le Groupe Bayard m'a fait parvenir quelques numéros et j'ai vraiment apprécié la façon de traiter l'info, c'est une bonne entrée en matière pour échanger avec vos enfants. A chaque tranche d'âge correspond une pédagogie différente, mais toujours ludique, qui permet d'aborder l'énergie sous toutes ses coutures (énergies renouvelables: biomasse, solaire, géothermie...) mais aussi la pollution, les impacts sur les habitats naturels, la biodiversité... Les explications sont claires, quelle que soit l'âge visé, avec une mention spéciale à Youpi (5-8 ans), qui pousse particulièrement loin les précisions avec de grands schémas:

bayard presse,magazine,éducation,enfant,lecture,planète,écologie

Bayard Presse a même été plus loin en collaborant avec le Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, en éditant à cette occasion un livret de 8 pages à destination des 7-11 ans sur l’énergie (téléchargez le PDF), ainsi qu'un jeu des 5 familles Stopogaspi (téléchargez le PDF) avec Veolia. Perso, j'ai un faible pour les familles Géni-Eaux et Papel-Art...

vendredi, 13 mars 2015

[Film] Virunga: le combat d'un parc national contre les multinationales

gorille,parc national de virunga,congo,film,netflix

Virunga, c'est l'incroyable histoire de la défense d'un joyau du Congo face aux multinationales qui le saignent. Le film documentaire s'immisce dans une guerre économique sanguinaire, narrant la lutte de rangers qui risquent leur vie pour préserver le parc national de Virunga classé par l'UNESCO, source à la fois d'une biodiversité extraordinaire (il abrite notamment des populations de gorilles), générateur de revenus touristiques durables et poumons du Congo.

 

Malheureusement, le parc suscite bien des convoitises, abritant dans son sol des minéraux précieux et du pétrole, peuplé d'éléphants et de gorilles régulièrement massacrés. Cette manne financière facile, des rebelles armés, les M23, en ont fait leur cheval de bataille, rôdant comme une ombre en corrompant à tout va - jusqu'à faire en sorte que le gouvernement autorise l'implantation en plein parc de SOCO, une multinationale pétrolière britannique.

 

 

Avec une approche totalement inédite, ce documentaire décortique tout le processus politico-économico-militaire du Congo, décryptant les enjeux sous-jacents et les jeux d'influence, permettant de comprendre comment de la protection d'un sanctuaire, de la corruption à tous les niveaux et de l'implantation d'entreprises occidentales, on en arrive à financer une guerre qui éclate en 2012 sous l'impulsion des M23, saccageant un pays où seules les populations locales et la nature trinquent.

 

Virunga n'est donc pas un simple plaidoyer écologiste où des rangers risquent leur vie, guidés par le directeur du parc Emmanuel de Merode, un belge de la famille royale, dont on se dit qu'il finira assassiné pour son intégrité inébranlable. Virunga, c'est avant tout la dénonciation d'un système corrompu que des hommes tentent d'enrayer par leur courage extraordinaire et leur amour de la nature - une partie du documentaire est d'ailleurs filmé dans le centre d’accueil de gorilles orphelins.

 

Réalisé par Orlando von Einsiedel, filmé au travers du regard de Mélanie Gouby, journaliste indépendante française, Virunga est un véritable procès à charge contre la corruption des gouvernements et la responsabilité des multinationales où se mêlent soif de pouvoir et d'argent, racisme et spectre d'un colonialisme qui fait honte.

 

Virunga est diffusé en exclusivité sur Netflix et bonne nouvelle à ceux qui ne sont pas abonnés : le 1er mois est offert avec possibilité d'annuler à tout moment ensuite :-)

 

Lien vers le film: voir Virunga sur Netflix
Site officiel du film: http://virungamovie.com
Site officiel du parc Virunga: http://visitvirunga.org

lundi, 16 février 2015

Parking vélo sécurisé: l'exemple de Tokyo

vélo,parking sécurisé,mobilité,transports doux,urbanisme,collectivités locales

Quand je découvrais le Japon en 2005, il y avait déjà des parkings vélo sécurisés partout grâce à des systèmes de rails où vous glissiez votre bicyclette. Mais ça, c'était avant. Désormais, les Japonais ont l'ECO Cycle, des parkings vélo enterrés entièrement automatisés, qui peuvent contenir 204 vélos dans un cylindre de 11,5m de haut pour 8m de large, caché sous un module à peine plus grand qu'un abris bus:

vélo,parking sécurisé,mobilité,transports doux,urbanisme,collectivités locales

Finis les vols! Fabriqué par la société japonaise Giken Ltd depuis 3 ans, le système a d'abord été testé à Tokyo avant d'être étendu désormais à tout le pays, fort de son succès. 8 secondes suffisent à déposer votre vélo et 13s à le récupérer, grâce à une puce scannée sur le cadre et un passe qui coûte environ 20 euros par mois. Je vous laisse apprécier la facilité d'utilisation:

 

 

Évidemment, la construction est un peu chère par unité, environ 1,3 million d'euros (prix datant de 2013, cela a pu baisser depuis). Mais un petit calcul montre qu'il suffit d'une moyenne d'environ 1800 abonnés par unité pour amortir un parking en 3 ans, auquel il faut ajouter les coûts de maintenance. Mais quand on sait qu'en Île-de-France, 650.000 trajets sont réalisés quotidiennement à vélo, cela donne une bonne idée du nombre d'usagers - l'opération s'avèrerait donc vite rentable.

 

Cerise sur le gâteau, l'approche construction a été considérablement simplifiée pour réduire les durées de chantier. 2 mois suffisent à installer une structure, avec un chantier d'une surface à peine plus grande que le diamètre du parking. Pour ceux que cela intéresse, tout est expliqué dans cette vidéo.

 

Quant à nous, en France, il faudra se contenter de Véligo, qui installe des cages à poules hideuses dans nos gares, sans doute imaginées par un fonctionnaire pressé de finir à 15h un vendredi (il y a un truc très sympa qui s'appelle "des designers", ce serait bien de s'en servir).

 

--
Crédit photo: Caters News Agency, illustration: Giken Ltd.

vendredi, 19 décembre 2014

Idée sortie : voir le film "NATURE" de BBC Earth

NATURE est le dernier né des documentaires produits par BBC Earth Film (après Un Jour sur Terre et Planète Bleue), narré par Lambert Wilson - tourné en 3D pour une expérience immersive enchanteresse. C’est un voyage absolument splendide, qui nous transporte d'un bout à l'autre de la Terre, à la découverte de ses écosystèmes les plus fabuleux, confronté aux éléments et aux forces de la nature. Des entrailles de la terre aux déserts brûlants, des profondeurs de l’océan aux cimes glaciales, les prises de vues sont aussi incroyables qu'envoûtantes, grâce notamment à des séquences ralenties/accélérées extraordinaires.

Le film sort le 24 décembre, idéal pour une sortie en famille durant les fêtes où petits et grands pourront rêver à la vue des merveilles que recèle notre planète. La bande son a également été travaillée, prêtant régulièrement à sourire en ajoutant une petite touche d'humour appréciable.


On pourra reprocher l'absence d'un vrai fil directeur, les séquences s'enchaînant sans grande logique. Mais qu'importe, appréciez ce film comme un portrait de notre planète où vous naviguerez au hasard des rencontres, un véritable bonheur des yeux.


En bonus, le making off de la séquence du cratère de Dallol, dans le désert du Danakil (Éthiopie), une des zones les plus chaudes du monde, qui mêle fumée de souffre et eaux acides :

 

mardi, 09 décembre 2014

Réalisez vos carte de voeux et "fêtes" votre effet!

noël,nouvel an,carte de voeux,papier,bricolage

Oui, oui, ne pas envoyer de cartes de vœux évite le gâchis de papier (mouai, l'écologie justifie abusivement la flemme de certains...), mais quelques cartes aux proches (avec un mot à l'intérieur digne de ce nom) reste bien sympa.

Mais STOP! Inutile d'acheter des cartes chères et moches, faites-les vous même, c'est plus écolo - un bricolage rapide où, cerise sur le gâteau, les enfants peuvent aisément être mis à contribution! Les exemples pullulent sur internet, voici donc une sélection d_e photos et de liens pour trouver l'inspiration, avec un peu de papier cartonné de base et tout un tas de récup: chutes de papiers cadeau, bout de ruban, boutons, papier journal, partition de musique, pages de magazines... 

noël,nouvel an,carte de voeux,papier,bricolage


Après cette petite mise en bouche, voici quelques liens listant des dizaines d'autres idées:
www.benita-loca.com
http://cahierjosephine.canalblog.com
http://sajutuputekli.blogspot.fr
http://trendenser.se

Et, bien sûr, ma botte secrète (bon, plus si secrète que ça...): PINTEREST (lien direct vers les cartes de vœux). C'est LE réseau social de partage d'images pour trouver des idées de bricolage. Disposer d'un compte utilisateur n'est pas obligatoire pour voir les images postées, mais hautement recommandé pour vraiment en profiter (attention, ça rend accro).

N'hésitez pas à partager d'autres liens sympas en commentaires!

jeudi, 30 octobre 2014

Coup de pouce wanted: votez pour elle!

marie_christine_lanne.jpgAujourd'hui n'est pas pas coutume, j'écris pour vous inciter à voter pour Marie-Christine Lanne, une femme pour laquelle j'ai beaucoup d'estime et qui a été nominée à la Tribune Women's Awards, catégorie Responsable & Solidaire.

 

C'est une entremetteuse de choc, qui a créé un nombre incalculable de rencontres entre porteurs de projets et acteurs du développement durable, juste parce qu'elle pensait qu'il y avait des synergies à développer entre eux, sans qu'elle y ait un intérêt particulier (toujours suivant cette logique, elle a lancé le site Génération en Action, sous la houlette de Generali, pour mettre en contact associations et bénévoles).

 

Directrice de la communication et des engagements sociétaux chez Generali, elle est aussi depuis 2 ans membre du bureau du Réseau Femmes & Développement Durable que je préside. Ne vous laissez pas leurrer par le fait qu'elle soit de la "com": son intérêt pour le développement durable est réel et son envie de faire bouger les choses, intarissable. On a besoin d'entreprises avec des gens comme elle, qui ont la volonté d'aller de l'avant. D'ailleurs, quand je l'ai rencontrée la première fois, elle m'a tout de suite plu: dynamique, optimiste, sincère, sensible à l'environnement mais aussi... très humble. C'est une denrée rare chez les cadres dirigeants.

 

Voilà pourquoi je vous incite à voter pour elle. Vous avez jusqu'à demain vendredi: RV sur cette page, catégorie responsable & solidaire, portrait du milieu. Merci à tous!